Interview Guillaume BOISSONNAT, Docteur 2016, Directeur Scientifique PILI - Biotechnologie

Guillaume Boissonnat Directeur Scientifique

PILI

"Color, made in microbes, designed by humans"

Biotechnologie - Toulouse


Vous avez rejoint PILI après votre thèse. Quelle a été la génèse et la démarche ? J'ai rejoint PILI qui avait déjà été créée en juin 2015 à la fin de ma thèse de chimie organique en 2016. Pendant mon doctorat, j'avais travaillé sur des molécules à destination de l'industrie pharmaceutique et j'avais le souhait de m'orienter vers un secteur plus industriel qu'un centre de recherche de petites molécules actives. J'étais aussi très intéressé par la R&D mais les barrières à l'entrée pour la recherche académique m'ont encouragé à chercher une autre voie. De plus, j'étais assez curieux de l'environnement de travail d'une jeune entreprise innovante. Lorsque j'ai rencontré Jérémie, président de PILI, j'ai vu une opportunité de combiner toutes ces options avec un projet à but industriel, innovant et avec de quoi m'exprimer sur une recherche interdisciplinaire. Le fait que cela soit permis par un projet avec un fort impact environnemental a aussi été une forte source de motivation pour moi.


Nous avons pris un café, puis on a commencé à travailler ensemble sur des projets scientifiques et les associés m'ont proposer de rejoindre l'aventure en tant que directeur scientifique.

Quelle est aujourd'hui la politique RH de PILI en termes de recrutement: docteurs/ingénieurs, France/International ?

PILI recrute aujourd'hui des scientifiques de qualifications variées : du BTS au doctorat et dans plusieurs disciplines : chimie organique, chimie analytique, biologie moléculaire, bioprocédés etc... Nos collaborateurs sont majoritairement français mais nous avons plusieurs employés d'autres nationalités (Espagnole ou Libanais par exemple). Notre équipe de R&D est aujourd'hui bien staffée et nous nous développons principalement sur notre équipe de développement pilote et industriel avec des profils en génie des procédés chimiques et biologiques. Nous recrutons également des doctorants en thèse CIFRE et des contrats post-doctoraux.


Nous avons recruté en 2021 par exemple 5 assistants ingénieurs, 2 ingénieurs et un doctorant. Quels sont vos messages pour un jeune attiré par la Recherche ?

Il faut absolument encourager les jeunes scientifiques à s'engager dans les carrières de la recherche. Les développements à venir dans tous les domaines de l'industrie ont vocation à créer de nombreux emplois dans des secteurs d'avenir : bioproduction, stockage d'énergie, mobilités, recyclage. Dans tous ces domaines d'activité, on n'a pas encore le niveau de maturité nécessaire à la transition et on a besoin de scientifiques avec une bonne culture pluridisciplinaire et une grande expertise dans ces secteurs. Le doctorat est une excellente formation pour cela. De manière générale, la formation par la recherche, que ce soit à travers des stages en laboratoire de recherche ou encore mieux une thèse permet de répondre aux besoins futurs de l'industrie. On peut acquérir à la fois la dextérité dans l'analyse de la documentation scientifique et la capacité à construire des projets scientifiques complexes qui forment les leader de l'innovation scientifique de demain. Le temps où l'industrie n'embauchait pas les docteurs est largement révolu.


En France en particulier, les objectifs nationaux de réindustrialisation vont certainement pousser vers le recrutement de profils scientifiques variés dont des docteurs.


En bref, essayez pendant vos études d'acquérir une bonne culture scientifique pluridisciplinaire et complétez-la par une forte expertise dans le domaine que vous avez choisi, les opportunités existent et sont nombreuses !


6 vues